Nurses du Lebensborn

L'objectif affiché du Lebensborn était de permettre à des femmes, mariées ou célibataires, de « race pure », de donner naissance à des enfants dont les pères appartenaient à l'élite raciale, notamment des membres de la SS. Beaucoup de ces Lebensborns étaient consacrés à l'éducation des enfants nés de l'union de soldats allemands et de femmes des pays occupés.

Le Lebensborn se chargeait de la germanisation d'orphelins issus de ces couples mixtes, mais aussi par la suite d'enfants arrachés à leurs parents en provenance de Norvège, de Pologne et de Tchécoslovaquie. Ainsi, plus de 200 000 enfants furent emmenés en Allemagne et confiés à des familles allemandes sélectionnées.

En Pologne, plusieurs dizaines de milliers d'enfants dits « racialement valables » (parmi les 2 millions d'enfants soustraits à leurs parents) auraient été littéralement enlevés pour être germanisés. La proportion d'enfants arrachés à leurs véritables parents aurait ainsi atteint un cinquième des effectifs des Lebensborns.

source wikipédia

https://fr.wikipedia.org/wiki/Lebensborn

 

220px bundesarchiv bild 146 1973 010 11 schwester in einem lebensbornheim
Lebensborn2
Leb02bs

En vertu du concept de « pureté raciale » inscrit dans les principes fondateurs du nazisme et du rétablissement de la polygamie germanique[3], Heinrich Himmler ouvrit le premier établissement à Steinhöring, près d'Ebersberg, en Haute-Bavière, le , inaugurant la maternité Hochland, maison-mère du Lebensborn. Ce centre comportait trente lits pour les mères et cinquante-cinq berceaux pour les enfants à naître. Leur nombre fut doublé en 1940.

Le service du Lebensborn était placé sous l'égide du général SS Sollmann. La « pureté de la race aryenne » répondait à plusieurs critères, qui déterminaient l'appartenance à une typologie aryenne qui comportait plusieurs niveaux de « pureté ». Le niveau le plus élevé était celui des pays nordiques. Chacun des niveaux de pureté était supposé indiquer les qualités de ses membres : attachement à la patrie, attachement au Führer, attachement au pays.

Avant la Seconde Guerre mondiale, une dizaine d'établissements furent créés en Allemagne — 8 000 enfants y naquirent —, puis deux en Autriche. Après le déclenchement de la guerre, la fascination des nazis pour la « race aryenne nordique » les conduisit à ouvrir une dizaine de centres en Norvège recueillant des krigsbarn, « enfants de la guerre ». On estime à entre 9 000 et 12 000 le nombre d'enfants nés dans ces centres selon certaines sources

source wikipédia

Azmjdxey4y1vwtnzkzg59dl72ejkfbmt4t8yenimkbvvk0ktmf0xjctabnaljim9
331818e2af579b34846a133c4c9870ec
2d546426feb1f0b15a04857e3936a477

Le programme de création des Lebensborns vit le jour à l'initiative de Heinrich Himmler le dans le cadre de la politique d'eugénisme et de promotion des naissances, pendant la « Solution finale ».

Il s'agissait à l'origine de foyers et de crèches, mais il semble, sur la base de témoignages de voisinage, que la SS transforma rapidement certains de ces centres en lieux de rencontre où des femmes considérées comme « aryennes » pouvaient concevoir des enfants avec des SS, puis accoucher anonymement dans le plus grand secret et remettre leur nouveau-né à la SS en vue de constituer l'élite du futur « Empire de mille ans ». Durant la Seconde Guerre mondiale, plusieurs dizaines de milliers d'enfants, dont les caractéristiques physiques correspondaient au « type aryen », furent arrachés à leurs parents dans les pays conquis pour être placés dans ces centres.

Truth women lebensborn2
Truth women lebensborn1 thumb
Truth women lebensborn8 thumb
Truth women lebensborn3
Truth women lebensborn7 thumb